ORTEJ

Membre fondateur de l'Observatoire des rythmes et des temps de vie des enfants et des jeunes (ORTEJ), le SI.EN UNSA retransmet à ses adhérents un important message qui assure que : "La semaine de quatre jours aggrave l'inégalité scolaire".

Non ! La semaine de quatre jours ne participe pas à la réussite scolaire ! Les membres de l’ORTEJ réunis en leur siège le 13 septembre n’acceptent pas que ce soient les intérêts socio-économiques et différentes formes d’égoïsme qui guident les débats actuels sur un possible retour aux 4 jours.

S’appuyant sur les travaux des chronobiologistes, chronopsychologues, pédagogues, ils considèrent que le passage à la semaine de quatre jours, sans complémentarité éducative, creuse le fossé des inégalités. Cette mesure pénalise les élèves issus de familles appartenant aux catégories socioprofessionnelles les plus modestes. Par ailleurs, ils insistent sur l’impérieuse nécessité que :

  • La vie de l’enfant soit la plus régulière possible tant dans l’école qu’en dehors de l’école.
  • les apprentissages scolaires soient dédensifiés.
  • les activités périscolaires soient non seulement maintenues mais également développées.
En conséquence ils demandent que :

                  La semaine de 4 jours et demi soit la règle.

La journée scolaire soit dédensifiée.

                  Toutes les petites vacances, notamment les congés d’automne, durent deux semaines.

Les activités complémentaires de l’école contribuent pleinement à l’éducation des enfants.

Ignorer ces préconisations serait induire des effets contraires aux objectifs de justice sociale et de réussite affichés par le Ministère de l’Education Nationale.