LP

La transformation du lycée professionnel apparaît comme un axe majeur des réformes mises en place par le ministre de l'Education nationale. Il n'est cependant pas le premier à afficher cette préoccupation, qui n'a jamais abouti jusqu'alors...

Transformer le lycée professionnel, une ambition légitime mais des interrogations subsistent...

Le 28 mai 2018, le Ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel BLANQUER présente le projet de transformation du lycée professionnel :
http://www.education.gouv.fr/cid130792/transformer-le-lycee-professionnel-former-les-talents-aux-metiers-de-demain.html

Si ce projet réaffirme la double finalité de la voie professionnelle en mettant l’accent sur l’excellence, il soulève néanmoins des préoccupations multiples quant à sa mise en œuvre. Le SIEN-UNSA relève plusieurs interrogations voire des risques de dérives.

Former les talents aux métiers de demain dans le cadre de la formation tout au long de la vie : créer des campus d’excellence ancrés dans les territoires.

La problématique soulevée :


Comment faire de la voie professionnelle une orientation délibérée ?
Qui va piloter les campus ou réseaux ?
Ces questions fondamentales posent les problèmes d’organisation, de gouvernance, de pilotage, de gestion des territoires et de volontés politiques.

Développer l’apprentissage et les partenariats

La problématique soulevée :


Le lycée professionnel ne risque-t-il pas de s’appauvrir, en s’adaptant aux priorités de l’apprentissage ?
Comment et par qui la mixité des publics et des parcours sera-t-elle opérationnalisée et gérée ?
Qui garantira l’équité ?
Comment seront assurées la régulation et l’ingénierie de formation ?
Qui sera chargé du pilotage de l’alternance pédagogique et la validation des cursus et des parcours ?


Développer des formations tournées vers les métiers d’avenir.

La problématique soulevée :


Quelle est la place de l’IEN du 2nd degré dans la redéfinition des métiers d’avenir ?
Les IEN du 2nd degré ne sont-ils réduits qu’à un rôle de loyaux porteurs de la politique ministérielle pour le pilotage des nouvelles modalités pédagogiques ?
Qu’en est-il de leur place, lorsque nous est annoncé le contrôle pédagogique de l’apprentissage par des corps d’inspection (oui, mais lesquels ?) associés aux représentants désignés par les branches professionnelles et aux chambres consulaires ?
En établissement, la réduction du nombre des spécialités ne risque-t-elle pas d’affaiblir le lycée professionnel, avec un taux d’encadrement et d’accompagnement des élèves amoindri ?
Enfin, quelle place des enseignements généraux, indispensables à la formation de chaque jeune et de sa capacité à s’adapter dans un monde professionnel en continuelle évolution ?

 

LE SI.EN-UNSA réaffirme les missions des inspecteurs pour contribuer à la transformation du lycée professionnel, avec pour objectif la réussite de tous les apprenants.

Dans une optique de construction des parcours, des compétences, dans le cadre de la formation tout au long de la vie et dans l’objectif d’assurer la qualité de l’enseignement, l’Inspecteur de l’Education Nationale 2nd degré rappelle son rôle de conseiller, d’expert et de pilote.

Pour le SI.EN-UNSA, la voie professionnelle scolaire ne doit pas être une voie de la remise à niveau, de la remédiation, ni même de la difficulté. Elle doit constituer un choix à part entière, une voie d’excellence. Les enjeux dépassent largement le cadre des lycées professionnels. C’est un projet éducatif et sociétal qui est ainsi en question. Cela pourrait, cela devrait également passer par une revalorisation salariale des métiers, pour développer leur attractivité auprès des jeunes.

Le SI.EN UNSA ne veut pas d’un lycée professionnel éclaté, ni d’un lycée professionnel qui accroisse les inégalités sociales ; nous ne voulons pas d’un lycée professionnel soumis aux seules priorités de l’apprentissage, ni même d’un enseignement dans lequel les branches professionnelles se substituent aux pédagogues.
Les Inspecteurs de l’Education Nationale de l’Enseignement Général et de l’Enseignement Technique doivent garder leur place dans le pilotage, dans l’ingénierie pédagogique, dans la régulation et dans la prise de décision.

Le SI.EN-UNSA milite pour des formations et diplômes adaptés qui répondent mieux aux attentes des élèves et des apprentis et aux besoins des entreprises.
Pourquoi ne pas envisager une seule voie de formation professionnelle, en parallèle de la voie générale, avec des accès et des sorties personnalisés dans l’esprit de la formation tout au long de la vie ? Qui aura enfin le courage d’aborder cette évidence en luttant contre les structures clivantes ?

Pour véritablement former le citoyen, la personne, le professionnel, le SI.EN-UNSA revendique un enseignement général qui permette à chaque jeune de s’adapter dans un monde professionnel en continuelle évolution.

Les Inspecteurs, de par leur expertise multiple, leur connaissance approfondie des territoires et formations, leurs compétences élargies sont déterminés à agir, à accompagner ce projet de transformation de la voie professionnelle, mais aussi à impulser et faire entendre leurs propositions.
Nous proclamons la légitimité des IEN-ET, EG et IO dans la prise de décisions en tant qu’experts dans le pilotage, la rénovation des diplômes, la reconfiguration de l’offre de formations aux côtés des autorités académiques, des chefs d’établissement, des branches professionnelles et des régions.

AU SEIN DU SI.EN-UNSA, FAITES ENTENDRE VOTRE VOIX !
AUPRES DU MINISTÈRE, DE L’AUTORITE ACADEMIQUE ET DE NOS PARTENAIRES, FAISONS CHACUN ENTENDRE NOTRE VOIX !
EXIGEONS NOTRE PARTICIPATION À LA PRISE DE DÉCISION
MONTRONS NOTRE DETERMINATION A ACCOMPAGNER LES MUTATIONS ET LES ADAPTATIONS PÉDAGOGIQUES À VENIR

Joomla Extensions